ARIELLE DAY / ELLE QUÉBEC
posted on 25 September 2017
Array

Notre agente de mannequins Arielle Day-Roher nous expose la réalité de son métier dans le nouveau Elle Québec.
Allez vous procurer une copie dans vos kiosques dès maintenant!

Quelles études avez-vous faites?
J’ai étudié en science politique à l’Université Concordia que j’ai complétées par un certificat en relations publiques à l’Université McGill. J’ai obtenu mon premier poste chez Browns, dans le département de marketing et relations publiques, où j’étais en contact avec tous les stylistes de Montréal. C’est là que j’ai développé mon réseau. Au bout de trois ans, alors que
j’étais en quête d’un nouveau défi professionnel, quelqu’un m’a recommandée à l’agence Folio. Je ne savais pas dans quoi je m’embarquais, mais je me suis lancée et j’y travaille depuis
maintenant cinq ans.

En quoi consiste votre profession?
Avant mon entrée chez Folio, j’ai mené des recherches pour trouver une description du poste et de ses responsabilités, mais je n’ai pas trouvé grand-chose. D’autant qu’il n’existe aucune formation officielle pour apprendre [le métier d’agente de mannequins]. Finalement, j’ai eu la liberté d’en faire ce que je voulais! Évidemment, la mission première est claire et immuable: faire la promotion des mannequins femmes dont je gère la carrière sur les marchés de Montréal et de Toronto ainsi qu’à l’international. J’ai une vision de parcours pour chacune d’elles en fonction de leur personnalité et
de leurs atouts. Mon boulot consiste donc à développer leur portfolio, à cibler les marques et les clients les plus compatibles, et à planifier leurs contrats de façon à ce qu’elles parviennent à atteindre leur plein potentiel. Mais je suis aussi un peu psychologue, coordonnatrice, tout en touchant à la vente et aux tâches administratives... Les journées se suivent et ne se ressemblent pas.

Quelles sont les qualités humaines et les aptitudes nécessaires pour exercer votre métier?
Il faut avoir un bon œil au départ, mais on peut apprendre à l’aiguiser. Il faut bien entendu aimer la mode et déployer d’excellentes aptitudes relationnelles. Personnellement, je pense que ce qui me démarque, c’est le côté humain que j’insuffle à mon travail. Je tiens à ce que les mannequins se sentent encadrées, écoutées, et je prends le temps d’établir un lien de confiance pour qu’elles se sentent bien chez nous.

À quoi ressemble une journée ou une semaine type?
Je travaille un peu 24 h sur 24, car il faut toujours être disponible pour les mannequins et les clients, mais j’essaie de gérer mon horaire afin de terminer vers 19 h, histoire de souffler et d’avoir une vie à l’extérieur du bureau.

Quelle facette de votre métier vous plaît le plus?
Le relationnel, l’humain et le côté visionnaire.

Et si vous pouviez en changer un aspect?
Hum... (Elle hésite longuement.) Tant que les gens avec lesquels je travaille sont honnêtes et intègres – ce qui est primordial pour moi –, je ne vois pas d’aspect négatif. Pour ce qui est de la concurrence, courante dans ce milieu, je la trouve stimulante, mais j’imagine qu’elle peut être ressentie comme une forme de pression pour certains.

Quel conseil donneriez-vous à une jeune personne qui aspire à devenir agent de mannequins?
Le milieu manque de gens profondément passionnés par ce métier, de professionnels qui ont une vision et qui sont déterminés à accompagner les mannequins pour la concrétiser. En ce moment, il existe un vrai besoin dans le milieu, alors si tu as ça en toi, il y a de la place!

Photo: CHARLES BRIAND