Ari in Shanghai
posted on 15 December 2015

Ari spent a few months in China. Discover her Shanghai journey.

This is the first time you go abroad for modeling. Were you excited? Nervous? Did you imagine how your trip would be?
I was waiting for this first trip since it was a bit delayed from summer. Therefore I was really ready to go when we finally got the date. Leaving by myself was something I gave a lot of thought but I knew I could do it. Stress ans nerves are things you have to control because it is such a long trip from home. Talking with people, I was kind of expecting just doing ecom or catalog work but it turned out I did that, but also many others things: fashions shows, editorials for magazines, beauty shoots. I aldo booked an ad for Dior China in my third week. My booker was excited for me and so was I... It was just crazy !

How is Shanghai at first sight? In what ways is it different?
My god, what a transition. Even if you think you are prepared, the reality of this foreign country hits hard. You live a few days of jet lag and culture shock whether you like it or not. Let's say I was not at my best for my first meeting and polaroids with my Shanghai agency... The language barrier and the fact that everything is written only in Chinese is a bit scary at first. Going grocery shopping is something else too, but with time you find your favorite places and familiar faces. Taking the cab for individual castings was not funny at first but you have to take it upon yourself and learn the basic terms to be understood.... All of this can create funny situations... The Chinese culture is, of course far from ours and there is noise and people everywhere. Saying that China is crowded is an understatement. I will never get used to seeing poverty but in time, you understand their reality a little bit more. Working in the fashion business made me see things with a new opened mind and I discovered hard working, appealing, and happy people.

Can you tell us where you come from? Is there something in particular that you miss from home?
I was born in Montreal and moved to the country at the age of 5. We own an equestrian farm in St-Marc-sur-Richelieu on the south shore. Being a model is what brought me back to the city. Of course I miss my horses, dog and cats but especially my whole family, we are a close knitted group. I should also say I miss my boyfriend. I am lucky to say that all of them support me in my career. Communication is not always easy with internet over here and if you add the 13 hours time difference you have to try to organize your conversations. I do miss comfort food from home, a big cold, fresh glass of milk and of course sleeping in my big bed, although I brought my own pillow to China. I can't wait to work in French or English again and to see my friends and my Folio family will be nice too.

What is your morning beauty routine?
The atmosphere is really different here... Humidity and heavy air make it hard to breath at first. It is always kind of smoggy. My skin reacted in the first weeks so I had to take extra care of it. Now I do have the same routine that I have at home. Cleansing and hydrating because China is not the place for a model's "natural beauty". You need to put on "the big makeup face" every mornings for castings... You have to take care of your skin, body and hair because you can work or go to castings on weekends too. I eat fresh fruits and yogurt every morning, grab a granola bar and a bottle of water and off I go in the casting van for another day in my Shanghai adventure!

---

Ari a passé quelques mois en Chine. Voici ses impressions de l'imposante ville de Shanghai.

C'est la première fois que tu pars à l'étranger pour le mannequinat. Étais-tu excitée ? Nerveuse ? Avais-tu imaginé ton voyage ?
Ce voyage était attendu! Je m'étais préparée à voyager cet été mais pour diverses raisons le départ a été reporté en octobre, donc oui l'excitation était là et j'étais contente quand la date de départ a été fixée. J'étais prête ! Le fait de partir seule finalement est quand même insécurisant mais je sentais que je pouvais le faire. Une chose est sure, on apprend à contrôler sa nervosité et gérer son stress parce que le voyage est quand même long.
En jasant avec d'autres, on entend plein de chose sur la Chine. Je m'étais donc imaginé ce voyage à travailler du ecom ou des catalogues sur "fond blanc" mais finalement j'ai découvert pleins d'opportunités et du travail varié. J'ai fait du catalogue et du ecom bien sûr, mais aussi des défilés, des éditos pour des magazines, du beauty shoot.
J'ai même eu la chance de faire une pub magazine pour Dior China à ma troisième semaine, j'étais vraiment excitée et mon booker aussi ! Cétait fou !

Comment trouves-tu la Chine à première vue? Qu'est-ce qui est le plus dépaysant ?
My god, on ne peut pas vraiment imaginer à quel point c'est déstabilisant. Même si je me suis bien préparée à la différence, le choc culturel est intense. Premièrement la fatigue du voyage et le décalage horaire durent quand même plusieurs jours. Disons que lorsqu'on arrive à l'agence pour notre première rencontre et les premiers polaroids, c'est pas la meilleure forme au monde, mais ensuite ça se place. À première vue ce qui frappe c'est la barrière de langue et voir tout écrit en chinois. Faire son marché et ses courses est toute une aventure. Avec le temps on a ses places régulières et ça se facilite un peu. Il faut parfois prendre le taxi pour des castings "solos" alors j'ai appris quelques mots essentiels pour me débrouiller en chinois et me faire comprendre mais ça peut créer des drôles de situation. Le dépaysement vient de la culture différente, mais aussi il y a du bruit et du monde partout. La pauvreté est difficile à constater, par contre avec le temps on en vient à comprendre leur réalité. En travaillant dans la mode là bas il y a beaucoup de préjugés qui tombent et j'ai découvert un peuple chinois attachant... Tout le monde travaille fort et ils semblent heureux et sont souriants.

Peux-tu nous dire d'où tu viens? Y a-t-il quelque chose en particulier qui te manque de la maison?
Je suis née à Montréal mais j'habite à la campagne depuis que j'ai 5 ans. Nous sommes propriétaires d'une ferme équestre à St-Marc-sur-Richelieu, une petite municipalité de la rive sud. C'est le fait d'être mannequin qui m'a fait connaitre la ville à nouveau. C'est sûr que mes chevaux, mon chien, mes chats me manquent mais bien avant tout ma famille de qui je suis proche, c'est évident. Et bien sûr mon amoureux... Il faut comprendre qu'en Chine la communication n'est pas toujours évidente et avec le décalage horaire de 13 heures c'est pas toujours facile mais on y arrive du mieux qu'on peut. J'ai un support extraordinaire de tout mon monde. Ahhh la bonne bouffe de la maison, un grand verre de lait froid j'en rêve déjà, ça et dormir dans mon lit. J'ai cependant apporté mon oreiller avec moi ! Travailler en français et en anglais, revoir ma famille Folio, mes amies ça va être cool aussi.

Peux-tu nous parler de ton rituel de beauté du matin?
L'air est tellement différent en Chine, c'est lourd et humide et il y a toujours un espèce de smog... Ma peau a réagi à ce changement dans les premières semaines et j'ai dû en prendre grand soin.
Maintenant, j'ai à peu près le même rituel qu'à la maison : démaquiller le soir et hydrater.
Ici le look "natural beauty" n'est pas de mise... il faut être complètement maquillée pour les castings et comme il y en a à chaque jour et parfois même les weekends, on doit y mettre les efforts et prendre soin de notre corps et de nos cheveux.
Je prend un fruit et un yogourt le matin, une barre tendre et une bouteille d'eau dans mon sac et je saute dans la van de casting pour une autre journée à Shanghai.